Immobilier

Assurance habitation : que faire en cas de sinistre

Les assurances habitation sont conçues pour soulager les locataires comme les propriétaires lorsque survient un sinistre. Selon les clauses du contrat, elles garantissent une indemnisation de l’ayant droit. Le plus important lorsque la catastrophe survient c’est de savoir ce qu’il faut faire. Et c’est ce que nous nous attelons à exposer dans cet article.

Réussir sa déclaration de sinistre

Les contrats d’assurance habitation sont un ensemble de conditions générales et particulières rédigées par l’assureur et approuver par son client. Parmi ces conditions, deux éléments sont à maitriser : il s’agite des conditions de déclaration et le fonctionnement des indemnisations. Il n’est pas rare en comparant les assurances habitation des différents prestataires de découvrir des divergences notoires dans ces clauses. Des différences qui peuvent faire l’objet de négociation s’ils entrent dans le cadre des conditions particulières.

Pour revenir au vif du sujet réussir sa déclaration passe par la maitrise : des délais de déclaration,  des éléments à déclarer et les pièces nécessaires pour la déclaration.

Les délais de déclaration

Il est important de réagir promptement quand un sinistre survient dans votre logement assuré. Selon les clauses des contrats et le type de sinistre, il existe un délai pour que vous effectuiez votre déclaration. Ce délai prend effet à partir du moment ou le sinistre a lieu ou est constaté.

En règle générale, il est accordé 2 jours ouvrables pour faire la déclaration d’un vol et 5 jours ouvrables pour les dégâts des eaux, des insectes, des tempêtes ou des incendies. Quant au désastre naturel, il est donné 10 jours à compter de la date où une note gouvernementale a été prise. Lorsque le délai  n’est pas respecté, vous pouvez vous voir retirer le droit de bénéficier d’une indemnisation.

Les éléments à déclarer

Pour une déclaration de sinistre réussir, il est important d’inclure un certain nombre d’éléments indicateurs.  Il s’agit des dates, des contextes, des montants d’estimation des dégâts. Ces éléments permettront à l’expert de l’assureur de confronter vos dits à ses constats sur le terrain afin de mieux faire son estimation.

Une erreur cruciale à ne pas faire c’est de se débarrasser des objets endommagés avant l’intervention de l’expert. Dans le cas où les dégâts nécessiteraient des travaux urgents, il faudra tout d’abord consulter l’assureur. S’il vous accorde ce droit, pensez à conserver les facteurs des travaux que vous avez supportés afin qu’il entre en ligne de compte de l’estimation et de la prise en charge éventuelle.

Les pièces nécessaires pour la déclaration

Pour la déclaration, en plus d’un formulaire ou d’un document papier indiquant les dates, le contexte, les montants d’estimation des dégâts il faut penser à joindre des pièces additionnelles. Il s’agite :

  • Des photos des scènes montrant les dégâts causés par le sinistre
  • Des déclarations de personnes tierces tenant lieu de témoins
  • Dans le cas d’un vol/ cambriolage, il faut la copie de la plainte et la déclaration de la compagnie à charge de la surveillance du logement
  • Les facteurs d’achat des biens endommagés

En définitive, une fois votre déclaration effectuée, vous laisserez l’expert en estimation de l’assureur effectuer  son travail et soumettre son rapport. À compter de ce moment, votre assureur vous fera savoir si votre déclaration peut faire l’objet d’une indemnisation. Selon les règlements, l’assureur n’aura donc que 3 mois pour vous indemniser sous peine de tomber sous des sanctions.